ICARUS RISING : La rage à la française

Icarus Rising, c’est un mélange d’influences hardcore, metalcore, industrial et plus encore. C’est par un EP de 8 titres que nous les découvrons. Après deux démos sorties il y a 3 ans, c’est aujourd’hui avec Horizons que les lillois reviennent sur le devant de la scène.


Loin du modèle « classique » du groupe de metal hardcore, Icarus Rising parvient à se séparer du lot par sa singularité, au cœur d’une scène où il peut être facile de tomber dans le déjà-vu, ou plutôt entendu.

Première particularité de cette formation; le chant et le scream entièrement en français. On doit avouer avoir été plutôt surpris au début, même s’il est évident que la langue se distingue moins sur le guttural que sur le clean. Pourtant, on s’habitue assez vite à cette originalité, et on se surprend à tendre l’oreille assez naturellement pour comprendre les textes. Du côté purement instrumental, on est complètement sous le charme, surtout pour la deuxième piste d’Horizons; Ardente Désillusion. Celle-ci nous projette dans plusieurs univers différents, mixant des éléments éléctro avec des influences HxC et un scream digne des grands noms. Malgré une voix clean parfois instable, on restera admiratif du travail effectué au niveau du mixage auquel on ne trouve rien à reprocher, si ce n’est un petit manque de profondeur au niveau des basses.

Malgré des influences vraiment nombreuses, donnant à cet EP des dizaines de couleurs différentes, on retrouve assez bien l’intention de base de la formation qui semble tourner ses textes vers le renouveau de soi, à travers une rage mêlée d’une peine. Il n’y a d’ailleurs pas meilleure illustration de ce ressenti que l’Aube Du Dernier Jour. Avec un cri guttural puissant et un son aux allures hardcore et industrial, ce morceau restera probablement l’un de nos favoris d’Icarus Rising.

Fragments est, à notre sens, LA piste la plus touchante d’Horizons. « Que reste t-il de nos espoirs, de nos envies, de tous ces instants ? » chante Corentin. Avec une mélodie pourtant douce et simple, et une durée de pourtant moins de deux minutes – étant l’outro de l’EP -, le groupe parvient à intensifier d’autant plus le sentiment de peine transmis à travers les sept dernières pistes, et ce grâce à l’alliance d’une voix tiraillée et de la simplicité de deux lignes de guitare. Par cet outro, Icarus Rising referme parfaitement la porte ouverte avec Origines, et nous fait ses preuves avec talent.

Icarus Rising séduit par sa diversité et ses influences nombreuses. Parfait pour les fans d’émotions et les ouverts d’esprits, Horizons parvient à faire ses preuves tout autant qu’un album en utilisant au mieux la sincérité qui lui est propre et qui, on en est sûrs, vous séduira aussi.

 

Laisser un commentaire