OF VIRTUE : Histoire de fantômes

Tout droit venus du Michigan, Of Virtue représente depuis maintenant neuf ans un savant mélange de divers sous-genres du metal, le tout en explorant des univers musicaux différents aux influences diverses au fil des années.

Actuellement en préparation de leur prochain album, Damon Tate, guitariste et choriste de la formation, nous a accordé un entretien juste avant l’un de leur concert depuis Chicago.


FIRST THINGS FIRST

 

Vous êtes ensemble depuis maintenant 9 ans, à travers des années de musique, d’expériences, de difficultés et de concerts ensemble. Vous évoluez à travers les années mais réussissez à rester fidèles à vous-mêmes. Comment expliques-tu cela ?

Damon : Je pense que c’est un mélange de plusieurs choses. Il y a d’abord les opportunités qui se présentent qui nous encouragent à toujours nous améliorer. Nous sommes avant tout des amis, ce qui est la chose la plus importante car c’est ce qui représente 95% du boulot. Il nous est arrivés à travers toutes ces années, d’avoir quelques personnes dans le groupe un peu moins motivées, mais les fondations de notre groupe sont solides. Quand on apprécie la compagnie de ceux qui nous entourent, tout le reste n’est que superficiel. Et puis bien sûr, on adore ce qu’on fait ensemble ! (Rires) Musicalement parlant, je pense que tout le monde apporte un peu ses influences, et c’est d’autant plus vrai depuis l’arrivée de Tyler au sein du groupe, car il sonne forcément différemment et nous essayons de travailler en fonction de ça. On sait ce que nos fans aiment, mais on souhaite aussi explorer des chemins que nous n’avons jamais pris, essayer ce qu’on n’a jamais fait. On fait attention au résultat de notre travail; ce qu’on fait mal on le fait moins et ce qu’on fait bien on le fait plus !

 

Du fait de votre évolution au fil des années, il peut être compliqué d’essayer de vous attitrer un genre musical ! D’après toi, dans lequel vous reconnaissez-vous ?

Damon : Honnêtement, on se dit juste qu’on est un groupe de metal. On sonne heavy, mélodique… Si tu veux dire qu’on est un groupe de djent, c’est cool, si tu veux dire qu’on est un groupe de melodic hardcore, c’est cool aussi. Tant qu’il y a quelque chose qui te motive à nous écouter, et qui nous connecte, tu peux dire ce que tu veux ! Même de la hard country si ça te fait plaisir (Rires).

 

DE « HEARTSOUND » A « SALVATION »

 

Vous avez sorti en 2013 le morceau The Human Condition, morceau assez agressif dès le début, séduisant immédiatement les fans de hardcore oldschool. Beaucoup de fans comparent ce titre à l’ambiance de l’album Disobedient de Stick To Your Guns. Qu’en penses-tu ?

Damon :  Je n’avais pas vu ça, mais j’aime ça ! (Rires) Le chanteur de Stick To Your Guns et notre ancien chanteur ont beaucoup de similarités. A cette période, nous avions sorti The Human Condition et Within Ourselves,  et bien qu’ils n’aient figurés sur aucun albums ce sont des morceaux très spéciaux pour nous. C’était une période sombre pour notre groupe, on avait beaucoup de choses qui se passaient dans nos vies personnelles et autour de nous.

 

Votre album Salvation semble marquer une nouvelle ère dans l’histoire d’Of Virtue. Comme pour tous les groupes qui évoluent, certains fans étaient déçus, d’autres séduits… Pensez-vous qu’évoluer en tant de groupe est important ?

Damon : Évoluer est la chose la plus importante que l’on puisse faire en tant que personne, pour moi ce n’est même pas une question qui s’applique spécialement à la musique. Je n’ai forcément pas la même façon de penser aujourd’hui à 29 ans, que quand j’en avais 19 ou 24. Il y a des gens qui passent toute leur vie dans la même maison, dans la même ville, sans rien changer et ils sont parfaitement satisfaits du résultat. D’autres ne le seraient pas du tout, et nous sommes comme eux. Même si notre musique plaît telle qu’elle est, il y a un moment où on a envie de se jeter à l’eau, tester nos limites sans forcément partir à l’opposé total de ce qu’on est. On veut essayer de faire passer le même message mais de façons différentes. L’avis des gens est bien sûr important, mais pas au point de changer qui nous sommes et ce que nous faisons. C’est comme commencer une nouvelle relation avec quelqu’un, on doit apprendre à connaître la personne et grandir avec elle.

 

Within Ourselves ( Lies The Brightest Flame )  était aussi un des premiers morceaux à être sorti sur votre chaîne YouTube. C’est un morceau assez heavy et pourtant très touchant à la fois. Comment avez-vous composé ce morceau ?

Damon : Pour être tout à fait honnête, notre chanteur était en train de nous quitter. Notre batteur de l’époque aussi. On s’est posés énormément de questions car c’était forcément un point décisif pour le groupe. On avait une complicité et une amitié, mais il y avait aussi à cette époque beaucoup de disputes et d’incertitudes. On ne savait pas forcément comment sortir tout ça et au final, tout est ressorti à travers notre musique. Notre chanteur est parti après cela, et notre batteur a choisi de rester. Ce n’était pas simple, et il y a eu beaucoup de discussions et de réflexion mais nous y sommes arrivés. Ces deux chansons nous sont très chères car elles nous rappellent tout ce qu’on a traversé.

GHOST TOWN & AVENIR

 

Les tout premiers mots chantés par Tyler sur Ghost Town nous rappellent un très familier Runaway de Linkin Park… Suivis tout de suite après par le scream que nous attendions tous. Qu’est-ce qui vous a influencé en tant que groupe ?

Damon : Il y a beaucoup de groupes ! Je dirais Killswitch Engage, Misery Signals, Underoath, As I Lay Dying, Deftones, Story Of The Year… Surtout des groupes qui ne datent pas d’hier, mais en groupes plus actuels on aime beaucoup Architects, While She Sleeps, Northlane, Bring Me The Horizon… Je ne dirais pas que ce sont des influences directes mais plutôt des inspirations. Il a tellement de bons éléments musicalement parlant dans chacun de ces groupes que c’est dur de ne pas vouloir faire quelque chose d’aussi bon. La sensation que ces groupes nous procurent, c’est celle qu’on veut donner aux gens lorsqu’ils écoutent notre musique.

 

Il y a beaucoup de nouvelles influences dans ce morceau.  Le son semble rester puissant et à la fois plus léger. On entend également ta voix en dehors des chœurs ! Cela signifie t-il qu’Of Virtue va poursuivre son évolution ? 

Damon : Oui ! Ce qu’on a fait avec Ghost Town est un indice de la direction que nous prenons. En ce qui me concerne j’avais très envie de pouvoir chanter aussi, et exploiter pleinement les nombreuses qualités vocales de Tyler. On n’arrêtera pas d’être un groupe heavy pour autant ! Vous pourrez quand-même faire du mosh ou du headbang. (Rires) Cette chanson nous a un peu servi de test. On sera en studio durant le mois de septembre, et ce que vous avez entendu est un aperçu de la suite !

 

Comment avez-vous rencontré Tyler ( Nouveau chanteur ndr ) ?

Damon : Nous sommes amis depuis un moment ! Il a joué dans plusieurs groupes de notre scène locale, on a du coup eu l’occasion de le voir évoluer en tant que chanteur. Il a eu le temps d’appréhender le style que nous jouons, et maintenant il est avec nous!

 

A quel moment savez-vous que vous êtes réellement satisfaits avec votre travail?

Damon : C’est quand on a ce sentiment, cette chair de poule qui nous fait dire  » C’est ça.  » ! L’une des meilleures parties c’est de voir les regards lorsque l’on joue un morceau en live. Il y a cette espèce de connexion avec la personne, un truc inexplicable tellement cool où on se dit qu’on est sur la bonne voie. Tout est une question de ressenti.

 

Qu’est ce qu’on peut attendre du futur d’Of Virtue et quand aurons-nous l’occasion de l’entendre ?

Damon : On enregistre durant tout le mois de septembre, notre but est d’avoir quelque chose de sorti mi-octobre ! Le prochain single sera heavy, il y aura beaucoup de chant clair, des synthés, une atmosphère à part entière. Il y en aura vraiment pour tout le monde, avec des choses similaires à nos premiers jours, et d’autres choses que l’on n’a jamais faites ! On a une grosse tournée américaine qui nous attend pour ces deux mois à venir, et – croisons les doigts – une tournée internationale pour la fin de l’hiver ! On espère pouvoir revenir en France et voir plus de villes ( Of Virtue a effectué une date à Lille lors de l’été 2017 ndr ), votre pays est magnifique !

 

Pour finir sur une note un peu plus personnelle, d’après toi quelle est la chose la plus importante à suivre/faire lorsque l’on veut atteindre son objectif en tant que musicien(ne) ?

Damon : Je pense que l’essentiel c’est de savoir que je joue pour les bonnes raisons, et que ma musique est sincère. J’ai grandi et mûri depuis que j’ai commencé la musique, et je vois certaines choses différemment et j’arrive à refléter ça dans les histoires que je raconte à travers mes morceaux. La chose la plus importante pour moi est d’avoir cette connexion spéciale avec des gens qui ont envie de nous écouter, de nous parler, de nous voir. Ce n’est pas une relation à sens unique, les gens cherchent à être en lien avec nous et nous voulons avoir cette connexion avec les personnes qui nous écoutent, c’est une des plus belles choses pour un musicien. Nous sommes des humains, et on apprend des gens de la même façon qu’ils peuvent parfois apprendre de nous.

 

 

Découvrez Of Virtue et son univers ici.

Laisser un commentaire