SONG OF THE WEEK : DAY | REVERIE

Nouvelle formation sur la scène metal moderne résultant de la fusion de la youtubeuse Christina Rotondo et du guitariste Ali Marshall, DAY nous livre un premier single des plus prometteurs aux riffs catchy et avec une voix d’acrobate, atteignant déjà plus de 30 000 vues sur la chaîne Dreambound.


DAY c’est l’alliance de deux musiciens avec un background déjà bien fourni. D’un côté Christina Rotondo, compositrice et youtubeuse avec plus de 5 millions de vues au compte de sa chaîne, ex frontwoman de Faultlines, qui a pû fouler les planches du Download UK et du UK Tech Fest aux côtés de Northshore, Home Wrecked, et Dream Awake. De l’autre, Ali Marshall, guitariste de talent indéniable ayant déjà tourné avec Napoleon, Silent Screams
ou encore Heart In Hand. Leur collaboration commence en juillet 2017 lorqu’Ali contacte Christina pour enregistrer une cover du classique This Could Be Anywhere In The World d’Alexisonfire. Il n’aura fallu que quelques mois aux deux partenaires pour commencer à écrire et composer ensemble.

Avec Reverie, DAY met les pieds dans le plat dès les premières mesures. Avec un riff ultra catchy et un zoom sur le jeu d’Ali, l’intro du morceau nous permet d’avoir un aperçu immédiat du skill du guitariste. C’est au tour de Christina de faire son entrée sur le morceau, et elle nous fait comprendre tout de suite qu’on ne joue pas dans la même cour avec sa voix qui atteint des octaves qu’on n’oserait pas affronter. Avec une voix 100% clean, DAY nous offre un mélange plutôt intéressant et un peu audacieux; car même si les riffs et le reste de l’instru restent assez caractéristiques du cocktail classique metalcore, la voix – claire mais puissante – nous bloque lorsque l’on essaye de mettre le duo dans une case particulière. Une partie de nous a envie de décrire le groupe comme une formation un peu post hardcore, aux nuances metalcore, mais l’autre côté de notre personnalité instable aurait plutôt tendance à présenter DAY comme un bon groupe de rock aux riffs agressifs. Au fond, on s’en fout un peu car l’essentiel c’est que Reverie secoue et se savoure, alors comme le dit l’adage accordons nous sur un désaccord.

Un refrain qui reste en tête, une mélodie bien construite et une auto-production de qualité, DAY a su utiliser la recette du single qui reste en tête et surtout, nous donne envie d’en entendre bien plus.

 

 

Laisser un commentaire