LIVE REPORT : AS IT IS, 18.06.19 – Ninkasi Kao

Hello hello les emos ! Ouais parce qu’on va pas se mentir, si t’es ici et si t’as vu ce live c’est que tu es ou as été un emo. Même un tout petit peu. Mais c’est pas grave, nous aussi !

C’est après un The Sunday Sadness bien frais qu’on a retrouvé un As It Is détonnant. Avec une arrivée sur scène plus qu’énergique, le quintet americano-britannique nous annonce la couleur dès le départ.
Une setlist courte mais efficace, qui met assez bien en avant leur dernier opus, The Great Depression, avec un backdrop aux couleurs de celui-ci. Niveau fosse, la réponse est plus que positive; ça s’agite dans tous les sens, ça pogotte un peu, ça slamme au dessus de nos têtes.

D’ailleurs les gars, quand vous voyez qu’on essaye de travailler avec nos compères, soyez sympa et évitez de foncer droit dans nos appareils, voire droit dans nos pifs. C’est quand même nos photos que vous téléchargez et repostez, alors laissez-nous au moins les faire comme il faut, merci love.

Passons ! Côté scène, ça s’éclate clairement. Il fait chaud, très chaud même, et le maquillage de Patty Walters ressemble à celui d’un panda sorti de la douche. Derrière, les gratteux, bassiste et batteur assurent la cadence non seulement pas leur prestation musicale, mais aussi et surtout par l’énergie dont il font preuve en se balladant sur la scène de part et d’autres, et en essayant au maximum de voir l’ensemble du public. Le groupe prend le temps de remercier son public lyonnais, et de le chauffer pour Our Last Night tout en remerciant à nouveau The Sunday Sadness, et repart bien trop tôt à notre goût sur une chaude prestation de The Wounded World.
Le soucis c’est que maintenant on veut les revoir en tête d’affiche.

 

 

Setlist :

  • The Reaper
  • The Handwritten Letter
  • No Way Out
  • The Stigma (Boys Don’t Cry)
  • The Fire, The Dark
  • The Wounded World

 

 

Laisser un commentaire